Sciences Po remporte le Concours National de Plaidoirie en Propriété Intellectuelle !

Classé dans : Actualités | 0

Cette année, la 10ème édition du CN2PI (Concours National de Plaidoirie en Propriété Intellectuelle) avait lieu à Nantes, dix ans après la première édition du concours qui s’était également déroulée dans celle que l’on surnomme parfois la Venise de l’Ouest. Ce concours a été créé par des enseignants et doctorants nantais désireux d’organiser un moment de rencontres entre des étudiants issus de différents Masters 2 français spécialisés en propriété intellectuelle. Au fil des éditions, de plus en plus de Masters prennent part à ce concours si bien que cette année, la quasi-totalité des Masters français spécialisés en propriété intellectuelle était représentée.

 

Cette année, comme lors des autres éditions, Sciences Po a décidé de prendre part à l’aventure. L’équipe composée de deux avocats plaidants (Lucie Sénéchal-Perrouault et Claire Schmid) ainsi que d’un avocat suppléant (Charles Guillaume, également rédacteur, coach, et grand soutien moral et logistique) s’est donc rendue à Nantes le Mercredi 28 mars. Toutes les équipes ont du plancher sur le même cas : en bref, il s’agissait d’un ancien employé d’une société fabriquant des fenêtres qui quittait son entreprise pour fonder sa propre société, tout en s’appropriant (l’enjeu du cas était là du moins) des actifs intellectuels de son ancien employeur, ne manquant pas non plus de dénigrer celui-ci par la suite (l’enjeu du cas était là également, vous l’aurez compris). Les résumés des conclusions ont été envoyés par toutes les équipes courant février, nos plaidoiries portaient donc toutes sur le même cas sur lequel nous avions travaillé à l’avance.

 

Aucune plaidoirie n’était prévue le Mercredi, la première après-midi a donc été l’occasion de rencontrer l’équipe organisatrice du concours, mais également les autres candidats venus de toute la France et d’échanger sur nos expériences en propriété intellectuelle. L’atmosphère était très conviviale et l’ambiance au rendez-vous ! Après une ballade autour de la Loire et un dîner dans le centre-ville avec les autres participants, nous regagnons l’hôtel pour parfaire nos plaidoiries et se reposer (du moins, tenter) en vue de la journée du lendemain.

 

Le lieu des premières plaidoiries a du être déplacé en raison de blocage à la Faculté de Droit. A la suite d’un long trajet, nous arrivons dans les bâtiments où commencent les phases de sélection. Après une plaidoirie en défense, et une en demande, respectivement contre l’équipe d’Aix-Marseille et celle de Paris Descartes, nous nous rendons au restaurant universitaire de la faculté de Nantes pour l’annonce des résultats de la matinée : Sciences Po est qualifié en huitièmes ! L’après-midi s’entame sur les chapeaux de roue et la fatigue ne se fait plus sentir. Nous sommes impressionnés par le niveau des équipes et motivés par l’ambiance générale du concours : chaque équipe s’adresse des félicitations chaleureuses à l’issue de chaque plaidoirie, les courtes pauses entre chacune d’entre elles sont l’occasion de décompresser et de plaisanter sur le cas, et les membres de chacun des jurys ont le don de nous détendre pendant chaque passage. Nous rencontrons ensuite Toulouse en quart de finale, puis à nouveau Paris Descartes en demi-finale, en demande cette fois, fiers et surpris à chaque nouveau tour où nous étions sélectionnés. A l’issue de la journée, Jean-Michel Bruguière annonce les noms des deux équipes finalistes : nous affronterons Nantes à la finale du lendemain. Nous qui avions été guidés par la maxime de Pierre de Coubertin et qui étions déjà satisfaits des premières sélections, nous estimons avoir largement honoré notre mission de représentants du Master en étant sélectionnés en finale.

 

Lors des sélections, contre l’équipe de Paris Descartes.

 

Nous nous rendons donc à la soirée des 10 ans du CN2PI, à la Passerelle de Marcel, restaurant sur les quais qui avait été privatisé pour l’occasion. La soirée commence par une vidéo récapitulant certains moments des éditions précédentes du concours, elle s’enchaîne dans un mélange de Danse Rock, de karaoké, de retrouvailles avec les autres participants et avec nos professeurs qui avaient été membres de certains jurys pendant la journée (nous tenons sincèrement à saluer le talent de certains en danse et en chant), le tout accompagné d’un très bon cocktail dont l’organisation était parfaite. Nous laissons certains continuer la soirée et regagnons l’hôtel vers minuit, après avoir tiré au sort le rôle des plaidants pour le lendemain : la chance sourit à Sciences Po et nous pouvons choisir d’être en défense en finale, nous assurant ainsi de prendre le rôle dans lequel nous pensons être les plus convaincants et les plus incisifs.

 

L’annonce des équipes sélectionnées pour les quarts de finale

 

La finale du Vendredi a lieu dans un des grands amphithéâtres de la Faculté de Nantes, qui était plein pour l’occasion. Nous plaidons cette fois face au public, alors que nous n’avions jusqu’ici que le jury dans notre champ de vision pendant nos plaidoiries. Nous avons 20 minutes pour faire valoir la cause de notre client en défense, et 2 minutes de droit de réponse. A l’issue de notre plaidoirie, nous soulignons entre nous qu’il s’agit de la meilleure qu’on ait faite depuis le début du concours et estimons donc que nous serons très heureux quelle que soit l’issue des résultats. L’équipe de Nantes ayant été particulièrement brillante, nous sommes extrêmement surpris lorsque ceux-ci sont annoncés : Sciences Po remporte la dixième édition du CN2PI, deuxième victoire pour l’Ecole depuis la création du Concours (après Grenoble en 2011) ! C’est Marie-Françoise Marais, magistrate à la Cour de cassation et spécialiste du droit de la propriété intellectuelle, qui présidait le jury de la finale cette année. En discutant avec elle à l’issue de la remise des prix, elle nous apprend que c’est sa voix qui a été déterminante car deux des quatre autres membres du jury ont soutenu Nantes. Elle nous explique qu’elle avait trouvé les deux équipes finalistes excellentes sur la forme mais que notre approche originale du cas lui avait beaucoup plu. Nous nous rendons ensuite au dernier étage de la faculté pour le cocktail de clôture, où nous discutons avec les autres équipes, nos professeurs et des avocats spécialisés. Puis nous prenons le train pour Paris, le sourire aux lèvres, la tête pleine de souvenirs, et le cœur plein de rencontres et de fierté.

 

Sciences Po en défense, lors de la finale contre l’équipe de Nantes

 

Nous repensons ensuite aux paroles de Marie-Françoise Marais que nous avions rencontrée dès le Mercredi, en arrivant à Nantes lors de l’accueil des équipes. Restés dans la salle un peu plus longtemps que les autres équipes, elle était venue s’adresser à nous en nous expliquant que quel que soit le résultat, nous pouvions être fiers de ce que nous faisions et de participer à ce genre de concours, et que ceux-ci étaient dans tous les cas extrêmement formateurs. Nous repensons également aux encouragements de Bruno Anatrella – notre professeur en Contentieux de la Propriété littéraire et artistique que nous avions croisé dès la phase de sélection – qui nous a dit juste avant l’une de nos plaidoiries : « Bon courage, et surtout prenez du plaisir. » Outre la fierté d’avoir porté aussi haut les couleurs du Master, nous sommes surtout très heureux d’avoir pu mettre en pratique nos enseignements, de nous être dépassés dans cet exercice pourtant stressant et difficile, d’avoir pu rencontrer des personnes que nous reverrons par la suite et d’avoir eu des échanges aussi intéressants avec des professionnels.

 

Nous tenons donc à remercier tous les organisateurs du CN2PI, les autres équipes, les membres du jury, les avocats nous ayant fait des retours sur nos plaidoiries et nos professeurs qui étaient présents lors du concours mais également ceux qui nous ont enseigné pendant cette année les clés qui nous ont permis de représenter de cette manière notre Ecole dans le milieu du Droit et de la propriété intellectuelle.